Il se produit parfois des troubles de la mémoire confirmés par le patient lui-même ou une personne de l'entourage immédiat, sans que d'autres facultés soient affectées. Le fonctionnement au quotidien – opérations bancaires, conduite de la voiture, prise de médicaments, … – se déroule alors plus ou moins normalement. Si ce trouble est confirmé lors d'un examen neuropsychologique, on parle de ‘mild cognitive impairment’, ou trouble cognitif léger. Ceci n'entre pas dans les critères de la démence de type Alzheimer.

Néanmoins, cette situation accroît le risque de développer cette maladie. Chez certaines personnes, il s'agit d'un 'stade prédémentiel' de la maladie, mais il est possible également que ces légers troubles de la mémoire restent stables pendant de nombreuses années.

Avant de poser un diagnostic de “mild cognitive impairment”, nous vérifions si les problèmes de mémoire ne sont pas en relation avec des médicaments ou avec une problématique de nature émotionnelle.