La maladie d'Alzheimer est la forme la plus fréquente de démence. Les problèmes de mémoire constituent le symptôme classique de la maladie. Au début, ce sont surtout les nouvelles informations que les malades ont tendance à oublier. Petit à petit, d'autres facultés peuvent être affectées, comme le langage ou la capacité de réfléchir de manière structurée. Les patients atteints d'une forme légère à modérée de la maladie peuvent encore dans une large mesure compenser cette perte, par exemple en développant des stratégies leur permettant de contourner les problèmes, ou par l'intervention du partenaire en cas de difficulté.

Le terme 'Alzheimer' est souvent associé, dans les médias et dans l'opinion publique, au stade avancé de la maladie. Dans notre clinique de la mémoire, nous suivons aussi de nombreux patients atteints de la maladie d'Alzheimer à un stade moins avancé. Les patients qui se situent à un stade léger à modéré de la maladie forment le plus grand groupe de patients à la clinique de la mémoire.

Mais à ce stade également, la maladie soulève de nombreuses questions. Nous abordons ci-dessous quelques-unes des questions que les patients et les familles nous posent fréquemment lorsque la maladie d'Alzheimer a été diagnostiquée.

À quoi dois-je m'attendre?

La maladie d'Alzheimer connaît souvent une évolution par 'plateaux'. Certains patients, une fois le diagnostic posé et le traitement établi, restent relativement stables pendant de nombreuses années.

Tôt ou tard, arrive le moment où ils recommencent à régresser. Il est difficile de prévoir, pour chaque patient, le moment précis où cela va se produire. Chez certains patients, cette régression se produit assez rapidement; chez d'autres, l'évolution est plus lente et plus subtile.

Les médicaments sont-ils efficaces?

Il existe actuellement deux groupes de médicaments ayant prouvé leur utilité dans le cas de la maladie d'Alzheimer : les inhibiteurs de la cholinestérase et la mémantine.
Tous deux sont des 'stimulants des performances cognitives' et ont aussi, souvent, un effet positif sur les changements de comportement et de personnalité (anxiété, troubles dépressifs,…).

 
En savoir plus sur la médication contre la maladie d'Alzheimer.

Est-ce héréditaire ?

En ce qui concerne l'hérédité, il faut faire une distinction entre d'une part les facteurs de risque génétiques, et d'autre part les mutations génétiques.

Les facteurs de risque génétiques augmentent le risque de développer la maladie, mais cela ne veut pas dire que la maladie va se développer. Le principal facteur de risque génétique pour la maladie d'Alzheimer est l'apolipoprotéine E allèle ? 4. On peut être porteur de cet allèle sans que jamais la maladie ne se développe. C'est pourquoi il n'est jamais utilisé lors du dépistage présymptomatique de la maladie d'Alzheimer.

Les mutations génétiques diffèrent des facteurs de risque par le fait qu'il s'agit de facteurs causaux. Cependant, elles ne sont que rarement à l'origine de la maladie d'Alzheimer (environ 0,5%) et la maladie, dans ce cas, se manifeste en général bien avant l'âge de 60 ans. Concrètement, il s'agit alors principalement de mutations de la préséniline 1 et de la protéine précurseur de l'amyloïde (APP).