L’influence du traitement du cancer sur la fertilité de la femme

Les ovules étant des cellules très sensibles, la chimiothérapie et l’irradiation peuvent avoir un impact direct sur la fertilité féminine. Cet effet peut se traduire par un affaiblissement de la maturation des ovules et/ou une diminution de la réserve d’ovules. Les ovules, en effet, ne peuvent pas être reconstitués par l’organisme.

Cet effet peut être temporaire et réversible, comme le retard dans les menstruations pendant la chimiothérapie et juste après. Ceci se manifeste chez la plupart des femmes traitées par chimiothérapie. Le cycle peut redémarrer spontanément plusieurs mois ou plusieurs années après la chimiothérapie.

Il est possible également qu’il y ait un effet négatif permanent, avec soit une absence définitive de menstruations (ménopause précoce), soit une diminution de la fonction et de la réserve des ovaires, sans retard dans les menstruations.

Le caractère temporaire ou définitif de l’effet en question dépend de plusieurs facteurs, comme le type de chimiothérapie, la dose de chimiothérapie et l’âge de la femme. L’irradiation directe sur les ovaires entraîne presque toujours des dommages permanents.

Les méthodes suivantes sont disponibles pour éviter l'infertilité suite au traitement du cancer:

  • La congélation d’embryons
  • La congélation d’ovules non fécondés
  • La congélation de tissu ovarien
  • L’inhibition hormonale de la fonction ovarienne
  • Le transfert chirurgical des ovaires en dehors du champ d’irradiation

Les méthodes sont décrites dans cette brochure.